Du petit-déjeuner au dîner, quoi manger pendant le pèlerinage de Compostelle

Plat de spaghettis
Crédit Photo : Trang Doan

Les choses sont peu différentes entre la France et l'Espagne...

D'un côté comme de l'autre, il y a les auberges qui ne possèdent pas de cuisine, et qui interdisent les repas dans le gîte, car il existe un restaurant juste à côté (tenu, comme par hasard, par le propriétaire du gîte ou son cousin...).
Parfois, il n'y a aucun commerce ou c'est un jour férié...(par exemple la Saint-Jean le 24 juin en Espagne).

En Espagne, et sur le Camino Frances en particulier, vous pouvez être sûr que là où il y a une auberge, il y a souvent un restaurant (même dans les ruines de Foncébadon, c'est pour dire !). Enfin elle existait encore en 2021 - Même dans des petits hameaux avec 20 maisons, comme dans celui de La Faba (avant la montée vers O Cebreiro) vous trouverez une épicerie de dépannage, ouverte par exemple, de 17 heures à 20 heures.
Les Espagnols ont bien compris que les pèlerins étaient une source de revenus...
Par contre, 12 € pour une entrée, plat et dessert, vin compris, on trouve rarement en France... Peut-être qu'aujourd'hui, en 2022 , les prix seront légèrement plus élevés (tout augmente !).
Si vous pouvez aller au restaurant, ça évitera de trop vous charger. Mais sur 30 jours de pèlerinage (c'est un exemple), faire ses repas soi-même représente tout de même au minimum 350 euros, sans compter les petits plus en cours de journée, donc si vous rajoutez trop de restaurant, votre budget va exploser...

N'hésitez pas à prendre une ou deux petites boîtes genre "tupperware" (12x12cmx3cm par exemple). Ça peut vous servir pour conserver du beurre et / ou du chocolat ! - Bien sûr, ne stockez pas cette boîte dans une poche sur le côté ou derrière votre sac à dos !. Il faut la mettre en plein milieu du sac, et au milieu des habits, et enroulé dans l'un d'eux. Même avec la chaleur (30° à l'ombre), ça tiendra (je l'ai expérimenté plusieurs fois). Ne craignez rien, ces boîtes, une fois fermées sont étanches, et de toute façon, si vous avez bien enveloppé la boîte dans un polaire par exemple et au milieu du sac parmi les autres affaires, il ne fera pas 30° à cet endroit -(il faut les remettre au réfrigérateur le soir quand même...).

Si vous en consommez (dans le thé ou le café), n'oubliez pas un tube de lait concentré sucré ( aïe... 200g de plus dans le sac...). Ce tube de lait concentré se conserve idéalement, mais comme pour le beurre ou le chocolat, mettez-le au réfrigérateur le soir. Et si vous aimez ça, peut servir de dessert avec du pain...il existe également les petites doses individuelles genre Regilait ou équivalent.

Pour certains, il faudra penser au sucre... on en trouve rarement dans les cuisines des albergues (par contre, il y a plus facilement du sel). Vous pouvez prendre des dosettes, ou plus pratique, de l'édulcorant naturel en comprimé (genre Stévia). Une toute petite boîte contient plus de 40 doses et ne pèse vraiment rien...

Pour le reste, c'est l'affaire de chacun. N'hésitez pas à prendre tout de même des barres de céréales ou des fruits secs (un peu plus lourd que les barres...). Une pomme ou une banane sont un minimum. En randonnée, il faut boire, mais aussi s'alimenter en cours de journée.
C'est ici que l'on peut apprécier un guide genre Miam-Miam Dodo, car ce guide indique également (pour les petits villages) les principaux commerces et restaurants. Cela permet de faire ou pas des provisions pour l'étape du lendemain.

Pour le repas du soir, un paquet de pâtes (100g pour une personne), est un bon compromis. Léger (rapport sec /cuit), il vous permettra, avec un peu de pain, de couper votre faim (à condition de pouvoir cuisiner). Vous pouvezpar ailleurs emporter une boîte de pâté (soit normal, soit à base de légumes ou de saumon suivant votre régime alimentaire). Là aussi avec du pain, c'est une solution de dépannage.

Comptez donc entre 500 g et 1 kg minimum en plus dans votre sac, rien que pour la nourriture de "secours".